mardi, février 20, 2007

You can’t love anything more than something you miss.



Extremely loud and Incredibly close, Jonathan Safran Foer

C’est la constatation que fait Oskar, 9 ans, le narrateur du livre, qui a perdu son père le 11 septembre 2001.



Jonathan Safran Foer forme avec Nicole Krauss (auteur de The History of Love) le ‘nouveau couple d’écrivains new-yorkais qui réussissent’, comme Siri Husvedt et Paul Auster avant eux.

Ils affectionnent les histoires à tiroirs sur plusieurs générations, dont celle des grands-parents a immigré aux Etats-Unis dans les années 30-40.

J’ai d’abord lu The History of Love, que j’ai beaucoup aimé, puis Extremely loud.J’ai eu l’impression dérangeante en lisant le second livre de relire le premier : même style, mêmes récits entrecoupés, même trame (un narrateur enfant rencontre un homme de 80 ans et cela change sa vie…).
J’ai eu l’impression d’avoir deux livres… pour le prix de deux.



J’ai imaginé ces deux écrivains qui se ressemblent – même âge, même ‘background’ familial (celui décrit dans leurs livres) -, écrivant en même temps dans leur brownstone de Brooklyn, acheté grâce aux royalties de leur premier livre : comment ne pourraient-ils pas s’influencer l’un l’autre ?

Après tout, ce ne serait pas la première fois que deux écrivains à succès forment un couple : Paul Auster et Siri Husvedt sont passés par là, mais aussi, avant eux, Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir…
J’attends avec impatience leur troisième livre, qui me montrera, j’espère, que j’ai tort !

Mais pour l’instant, je suis perplexe et… allé, regardons les choses en face, envieuse de ce succès à 6 zéros dès le premier livre de ce jeune couple qui n’a pas 60 ans à eux deux…

5 commentaires:

Caroline à Londres a dit…

Merci d'en parler, je ne les connaissais pas. Mais c'est dommage un peu que les deux ouvrages soient si semblables. Quand même, ils doivent s'en être aperçu, les auteurs. Je n'aurais jamais osé faire ça! Au moins, les narrations se distinguent-elles l'une de l'autre? Y a-t-il une approche plus "masculine" et une autre plus "féminine"? Au moins chez les personnages?

Je vais réserver mon admiration pour Paul Auster et Siri Husvedt pour le moment! :)

genevieve a dit…

Je prends note du nom de ces jeunes auteurs prometteurs ! Merci du conseil ... ;)

Onassis a dit…

Blanche : Et si je te disais que tu n'étais pas la seule envieuse ? :)

Blue a dit…

Ça ne doit pas être évident d'écrire à quatre mains. Je serais trop individualiste pour ça.

Blanche a dit…

Merci Onassis, je me sens moins seule et 'petite' comme ça!:)

Caroline: j'ai été plus sensible à la voix de la petite narratrice (dans The History of Love), qui sonnait plus vraie que le petit garçon, dans la bouche duquel l'auteur met des mots et des considérations qu'un enfant n'a pas... Dommage!